La faune

Omniprésent aux Antilles, ce petit lézard inoffensif se nourrit d'insectes et occasionellement de fruits. On l'observe un peu partout, y compris à l'intérieur des habitations.

Plus intéressants d'un point de vue culinaire on trouve de nombreuses variétés de crabes en Martinique, sur les plages, mais aussi au détour des sentiers en montagne.

Le crabe de terre blanc, cardisoma guanhumi vit dans la mangrove et se nourrit de végétaux, ainsi que d'insectes et d'animaux morts. Avant de le passer à la casserole on le soumet à une période de jeûne ou bien à un régime de coco sec et de piments pour parfumer sa chair.

Les randonneurs les plus attentifs peuvent observer deux espèces de mygales à la Martinique :

Dans le sud Acanthoscurria Antillensis est terricole (elle creuse des terriers), elle se nourrit de blattes, de lézards et toutes sortes de petits animaux qui passent à proximité du terrier. L'espèce est très agressive et elle attaque sans prévenir.

Dans le nord Avicularia Versicolor, dite aussi Matoutou falaise, est une variété arboricole qui vit dans la forêt tropicale humide, se nourrissant d'anolis et de blattes. La femelle dévore le mâle sans pitié s'il tente une approche alors qu'elle n'est pas réceptive pour un accouplement.

Admirez ses couleurs, les amateurs la tiennent comme l'une des plus belles mygales au monde.
Cette variété est relativement calme et peu agressive, mais elle peut avoir des réactions rapides et sa morsure peut être très douloureuse.
L'espèce est protégée en Martinique.

La petite mangouste indienne est un carnivore introduit volontairement en Martinique dans les années 1880 pour lutter contre les populations du Trigonocéphale Bothrops lanceolatus serpent fer de lance.

Hélas, ce prédateur du redoutable trigonocéphale s'est aussi attaqué aux populations d'oiseaux marins dont il mange les oeufs, ainsi qu'aux lézards et à la petite faune endémique des Antilles françaises.